Trois personnages sur fond noir


Trois personnages sur fond noir est un collage de Miro daté de 1934.

Étant peintre moi-même et me sentant beaucoup d’affinités avec les modes opératoires de Miro, je vais tenter une autre approche avec cette oeuvre, en me mettant justement à la place du peintre en train créer.

 » Prenons ce papier noir qui traîne sur ma table. Que la lumière soit : à la gouache blanche traçons deux longues formes indéfinies. Il faut bien commencer par quelque chose ! Accrochons ou posons dessus, deux patates avec deux points à l’intérieur, ça y est voilà un couple ! Mon couple ? J’adore faire des couples en ce moment. Dans la grosse patate je biffe un V pour faire des sourcils… Oups, ils sont bien froncés ! La petite ébahie sans sourcils sera donc la femme. Une ellipse horizontale la traverse et voilà ces seins ! Remplissons les en blanc. J’aime bien les seins  plein de lait. Marrant ce système d’intersection, faisons la même chose pour les bras et les jambes. Et hop je remplis en blanc tout ce qui est à l’extérieur des corps. On dirait qu’il lui fait du pied ! Ils sont carrément liés par les bras. C’est la fusion, ils sont amoureux mais c’est un peu con-con et statique. Ajoutons des cheveux, c’est mieux ! Hé, il ressemble à un coq maintenant ! Allons-y pour la poule et son coq et paisons leur pondre… un oeuf ! Délice de faire un bel oeuf blanc en étalant de la gouache onctueuse sur ce fond noir un peu rêche. Bon, c’est bien gentil ce couple blanc sur fond noir avec leur oeuf mais il manque quelque chose ! Quoi ? Ah, voilà, j’ai besoin de couleur, il me faut de la couleur ! Moi qui voulait me limiter au noir et blanc. Je craque. Cherchons quelque chose dans l’atelier pour mettre en valeur ce noir et ce blanc. Hé mais, ça y est, ces deux chutes dans la corbeille qui provienne du découpage réalisé hier, sont déjà peintes en à-plat bleu et vont parfaitement faire l’affaire. J’en colle une en biais à gauche et une à droite comme si le couple écartait des draps bleus, des rideaux ou mieux, comme s’il sortait d’une piscine… est-ce que ça veut dire que plane la possibilité d’une noyade du couple ? N’importe quoi, où tu vas chercher ça mon pauvre ! Collons le morceau de droite par dessus l’oeuf et on verra bien. Il est chiant, trop gros et trop présent de toute façon cet oeuf ! Et puis pourquoi l’homme fait la tronche ? Ca y est, je comprends, l’oeuf est devenu un enfant et lui ça l’éloigne de sa femme. Voilà pourquoi ses seins à elle sont plein de lait ! Elle allaite un enfant ! OK alors dessinons le môme sur le papier bleu…et bien sûr il est en train de pleurer après sa mère pour avoir le sein ! Vu comment elle crie, ça doit être une fille alors je lui mets deux seins à elle aussi ! C’est vachement mieux comme ça !… Il y a quelque chose détonnant… quand je fais abstraction des deux patates/visages et que je regarde la grande tête définie entre les deux formes bleues, j’ai encore l’impression d’avoir fait un homme en colère qui fulmine par les naseaux ! Inconsciemment, la naissance doit me travailler. C’est sûr que les cris me dérangent pour travailler dans l’atelier le jour et pour dormir la nuit… et puis ma femme ne veut plus que je l’approche. Hola, mais c’est dingue, on dirait que la gamine donne un coup de pied à son père pourlui dire dégage je veux avoir ma mère pour moi toute seule! Hop un petit trait là-en bas dans le bleu pour renforcer cette idée en forme de pied de nez à Freud, qui voit sa théorie de l’oedipe écornée.
Maintenant, laissons ce trio explosif en l’état puisque c’est sorti tout seul, enfin presque tout seul… et passons à autre chose. »

Ivan Sigg
http://ivansigg.over-blog.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *