UJUO dans le numéro 136 de EPI

Autour de nous, nous constatons que l’on ne regarde pas les oeuvres d’art. On ne regarde pas les oeuvres parce que l’on y connaît rien ! Comme si le savoir préalable était indispensable à l’accès aux oeuvres. Alors même que l’observation des visiteurs dans un musée ou une exposition vous convaincra que le temps et l’attention consacrées aux oeuvres est parfois (souvent ?) plus faible que le temps et l’attention consacrées aux cartels, ces petits supports délivrant une part de savoir sur l’oeuvre auprès de laquelle ils sont accrochés.

Le temps consacré à l’observation d’une oeuvre d’art nous montre pourtant, lorsque l’on se consacre à l’exercice avec toute l’attention possible, tout ce que l’on peut découvrir d’une oeuvre sans avoir besoin d’un guide. Un exercice pourtant bien difficile à débuter seul.

La démarche collaborative de développement des logiciels libres permet de choisir les fonctionnalités à développer, de développer les fonctionnalités utiles aux utilisateurs, de détecter et de corriger des défauts, de produire une documentation, de traduire le logiciel ou la documentation plus rapidement et plus efficacement que les modes de développement classiques antérieurs ou les droits du code étaient détenu par un seul acteur.

Les succès de la démarche collaborative du logiciel libre, nous ont donné l’idée de transposer cette collaboration aux regards portés sur les oeuvres d’art.

Ainsi, en consacrant toute son attention à regarder une oeuvre, un « regardeur » du site Internet Un Jour Une Oeuvre (ujuo.org) pourra découvrir une oeuvre d’art, comme un artisan du logiciel commence à écrire un logiciel.

Et si l’on propose à plusieurs « regardeurs » d’observer ensemble des oeuvres en s’attachant à dire ce qu’ils voient, l’addition de ces regards produit une nouvelle vision plus complète de l’oeuvre et chacun des regardeurs apprends sur l’oeuvre, mais aussi sur lui-même, sur ses filtres qui parfois lui obscurcissent le regard, et il apprend bien sur beaucoup sur les autres.

Depuis 2008, Un Jour Une Oeuvre, renouvelle cette expérience chaque jour sur le site Internet et périodiquement lors de conférence-atelier ou lors de visite de musée ou d’exposition. Il apparait que cette mutualisation des regards produit d’avantage pour chacun des acteurs lorsqu’elle se déroule directement ensemble devant l’oeuvre, chacun pouvant enrichir le regard collectif de sa contribution. Cette mutualisation des regards produit encore d’avantage lorsque chacun des participants à déjà expérimenté le regard d’une oeuvre affranchi de l’expression immédiate des ressentis.

La transposition de la démarche de production des logiciels libres à la découverte des oeuvres d’art produit un nouveau regard sur les oeuvres devenant un laisser-passer universel pour accéder à l’Art.

Pour vous en convaincre, vous pouvez mener l’expérience avec les oeuvres réunies dans le livret UJUO : à vous de regarder, puis de découvrir le regard des autres… Et pourquoi pas d’expérimenter avec une équipe de regardeurs.

L’article a été publié dans le numéro 136 de la revue EPI

Cette entrée a été publiée dans Actualités, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *