L’énigme de l’arrivée et de l’après-midi

L’énigme de l’arrivée et de l’après-midi est une peinture de Giorgio de Chirico datée de 1912

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un regard à L’énigme de l’arrivée et de l’après-midi

  1. Spei dit :

    Je vois sur cette peinture une scène d’apparence ordinaire.

    J’ai l’impression que l’on se trouve en bord de mer ou d’océan (la lumière mais surtout la voile d’un navire derrière le mur).

    On se trouve à l’intérieur d’une ville ou d’un village protégé du large par un grand mur d’enceinte, s’il est fortifié, ce n’est pas du Vauban. Je vois un bout de bâtiment coupé sur la gauche se situant de mon côté de l’enceinte. Un homme se déplace vers ce bout de bâtiment, il semble vêtu d’un genre de toge ocre en écho à la couleur du mur d’enceinte. Son accoutrement et la posture de ses mains me font penser un moine. Un second homme est présent juste derrière lui, mais je n’arrive pas à voir s’il est de dos ou de face. Habillé d’un genre de toge également, mais d’une couleur plus brune, à moins que cela ne soit un effet d’ombre.

    Au pied de ces hommes, le sol est formé d’un carrelage à damier noir et blanc. L’ombre du bâtiment coupé se projette sur ce damier. Dans un même effet, une ombre recouvre également la partie droite inférieure de la toile. Ce qui est étrange c’est l’absence d’ombres pour les deux hommes.

    A l’arrière plan, je vois un second bâtiment situé à l’extérieur de l’enceinte et qui me fait penser à un phare, mais à un phare qui ne m’est pas familier des phares que je connais de la côte Atlantique.

    La lumière sur la toile semble venir du coin haut droit, descender en oblique vers la gauche éclairant une partie du ciel, le phare, la voile, une moitié de mur et meurt doucement sur les deux hommes.

    Mon regard est également attiré par l’étrange zigzag formé par le bout de mur oblique qui descend le mur d’enceinte depuis à peu près l’extrémité droite de la voile, puis qui se prolonge dans un trait du sol en formant un éclair. Cette zone d’ombre, me fait un peu penser à une tête de reptile ou de tortue schématisée. Cette tête dirigée vers les deux hommes les menace-t-elle ou les observe-t-elle ? Mais il ne s’agit probablement que du fruit de mon imagination…

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *