Contemplation irrationnelle

Contemplation irrationnelle est une photographie de Philippe Ramette datée 2003

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 regards à Contemplation irrationnelle

  1. lou dit :

    J’adore cette oeuvre qui me donne le vertige.

    [Reply]

    Alexis Reply:

    Merci Lou,

    J’essaie un regard.

    Photographie en couleur, format rectangulaire vertical, paysage de montagne. Un homme en costume sombre est assis sur une dalle de pierre, les pieds pendants au dessus du vide. En dessous, une route sinueuse typique des régions montagneuses.

    Hum à droite l’horizon est… Vertical…

    Tournons l’image pour le remettre à l’horizontal… Le paysage retrouve une cohérence sauf notre homme en costume que l’on voit à présent accroché au bord d’une sorte de muret. Aurait-il les bras croisés pour tenir sa veste correctement placée ?

    [Reply]

  2. Spei dit :

    Je vois un homme, assis au bord d’un précipice. J’ai l’impression qu’il se trouve à la montagne, assis sur une petite corniche, surplombant un versant à pic.

    Il est habillé en costume ce qui surprend un peu dans ce décor où l’on s’attend plus à trouver un alpiniste ou un randonneur.

    Son regard se perd dans le vide tandis que ses bras sont croisés.

    Rapidement, mon regard est happé par la route en lacet qui se trouve… sur la façade de la montagne. D’un point de vue visuel, cela n’a pas trop de sens, mon cerveau est perturbé et se rend rapidement compte qu’il y a là un montage, que le paysage de montagne a subi une petite rotation et que la ligne d’horizon est devenue verticale.

    On s’y laisse prendre pourtant, seule la route de montagne choque vraiment car le ciel ^ne gène pas, la chaîne de montagne pourrait être un autre bout de versant de montagne à pic plus en arrière plan, la verte forêt pourrait être un tapis de mousse.

    Il y a donc dans cette image comme une sensation de malaise face à quelque chose que mon esprit ne comprend pas bien, presque une sensation de vertige renforcée par le lacet de la route.

    L’homme est placée juste au dessus du début du lacet, on pourrait presque croire qu’il en vient ou qu’il va l’emprunter tandis que l’autre bout semble mener en bas vers la vallée.

    [Reply]

  3. jp dit :

    J’adore. N’étant pas spécialiste dans la matière, j’aime ce qui est fait.

    jpf

    [Reply]

  4. ben aissa bechir dit :

    le premier réflexe  »logique »,culturel est de vouloir remettre les choses au bon endroit ,de résister à l’irrationnel car nous avons étés dressés dans ce sens… La poésie commence là ou se taisent ces conditionnements!!!

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *