la route

la route est une photographie de Spei

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 regards à la route

  1. Alexis dit :

    Je vois une photographie de format rectangulaire vertical.
    La ligne médiane d’une route de campagne bordée d’arbres est pratiquement au centre de la photo et file parfaitement droite.
    Parfaitement droite, contrairement aux restes des éléments de la photo déformée par la lentille grand angle de l’appareil.
    Les arbres les plus proches du photographe apparaissent même en haut de la photo donnant cette impression qu’ils sont au dessus de nous et qu’ils nous dominent.
    La lumière du soleil qui éclaire le paysage de trois-quart arrière donnent aux troncs des arbres une couleur presque jaune.
    Le ciel est très bleu et sans nuage. Les arbres sont dépouillés de leurs feuilles, la végétation est pauvre, la photo doit avoir été prise en hiver et il doit faire froid et sec.

    A la question, que veut nous dire l’artiste, celui-ci nous donne une indication clair par le petit texte qui accompagne cette photographie dénommée « la route » et qui a probablement induit mon regard. Ce texte est celui-ci :

    En dépit du monde qui vacille
    Sans craindre les géants menaçant
    Garder le cap et suivre la route
    La ligne dicte la conduite

    [Reply]

  2. Corinne dit :

    Lisières de sécurité de part et d’autre de la voie , vertes.
    Habitations en arrière-plan sur côté droit de la photographie.
    Fils électriques également à droite.
    Jeux d’ombres sur l’asphalte.
    Panneau jouxtant le 1er arbre.

    [Reply]

  3. Virginie dit :

    Flèche d’arbres dépouillés de prime abord, épars en suspensions et si haut ! Mais dans le fond je vois un triangle toufu : on nous invite à suivre une entre-cuisse blanche et droite…

    A droite, un avant-bras qui sors du cadre, dont les doigts se tordent, l’annulaire de cette main boisée se courbe.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *