Créatures hypothétiques

Créatures hypothétiques par Léopold Chauveau en retrospective à la médiathèque d’Orly

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 regards à Créatures hypothétiques

  1. SylvieLeBars dit :

    Bonjour 😉

    Je vois un tableau qui pourrait être une photo prise sur le vif d’une réunion de créatures inconnnues. La scène se déroule dans un espace jaune uniforme. Je vois le long cou et la tête de 8 créatures qui semblent converser. Du corps de ces créatures on ne distingue que le dos ou les épaules -dans une approche anthropomorphique- mais ce dos ressemble plus à la base d’un arbre. Ces 8 créatures sont différentes, couleur, forme du cou, de la tête. De gauche à droite, la première à une tête proche de celle d’un batracien, la suivante, une tête de flamand rose, puis une tête de dinosaure souriant, puis de face un autre dinosaure, ensuite un mélange de cheval avec une longue chevelure sur la joue droite, puis, une sorte de tête de chien sans oreille, puis une tête de poisson avec un oeil rond et une chevelure très noire, et enfin une sorte d’oiseau au bec long et droit.

    Les bouches sont fermées à l’exception du “flamand rose “ qui de profil a le bec entre ouvert. Les traits de ces créatures sont expressifs, crédulité, bienveillance, curiosité, colère, désapprobation, intimidation, observation.

    [Reply]

  2. eMmA dit :

    Je vois le dessin sur fond jaune du cou et de la tête de huit créatures mi-hommes mi-animales aux couleurs plutôt ternes par rapport à l’éclat du fond.
    Ces-ci personnages sont tous de profil, sauf pour l’un d’entre eux, légèrement simiesque, situé au milieu de la toile.
    Leurs expressions sont goguenardes ou surprises.
    Ces bestiaux ont l’air de poser ou bien de se payer notre tête.
    Ils sont rangés suivant un ordre précis et font comme une frise : un grand, un petit, un grand, un petit.
    Toutefois, à la base du tableau ils semblent tous se confondre, comme s’ils étaient tous sortis d’un même moule.
    Le 2ème personnage en partant de la gauche étire son cou, comme pour aller regarder vers les autres. Il a l’air de se marrer, alors que le 2ème personnage en partant de la droite tout bleu semble lui répondre en ouvrant des yeux ronds de surprise.

    Comédie humaine des sentiments ?

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *