John F. Kennedy

une photographie de John F. Kennedy par Alfred Eisenstaedt

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 regards à John F. Kennedy

  1. SylvieLeBars dit :

    Bonjour 🙂
    Je vois un homme assis probablement devant son bureau. Costume sombre, veste boutonnée, cravate sombre, pochette blanche. Il a une quarantaine d’année et il me regarde. C’est une photographie. Il est assis dans un fauteuil qui donne un impression de confort strict, cuir noir. Devant lui des papiers, des enveloppes. Il tient l’un de ces papiers comme si il était l’instant d’avant en train de le lire. Derrière lui des doubles rideaux bleus fermés, et une tenture plus colorée. Son visage est serein, son regard direct. Il ne sourit pas vraiment. Son regard me demande la confiance. j’ai aussi l’impression qu’il me dit qu’il va devoir faire quelques chose qui ne va pas me plaire, mais que c’est nécessaire.

    [Reply]

    Alexis Reply:

    Bravo Sylvie,
    Pour cette photographie, il n’était pas simple de s’affranchir de ce que l’on sait !
    A bientôt,

    Alexis

    [Reply]

  2. Ivan Sigg dit :

    Merci Sylvie pour ton regard, permets moi de le prolonger.

    Derrière l’homme, la tenture bleu dessine les barreaux noirs d’une prison que vient rompre un morceau de drapeau (sans doute) a rayures blanches et rouge. La rayure rouge principale indique le coeur de l’homme en prenant le même angle que son col de veste.
    Si je cache la partie ga

    [Reply]

  3. Ivan Sigg dit :

    suite : la partie droite du visage (avec ma main, je cache la partie gauche sur la photo) apparait comme souriante. Cet oeil ne me regarde pas. La commissure des lèvres se relève de ce côté.
    la partie gauche du visage (avec ma main, je cache la partie droite sur la photo) est ultra déterminée et fait presque peur. Cet oeil avec son reflet blanc me regarde et me menace. la commissure des lèvres tombe imperceptiblement de ce côté.
    La cravate n’est pas tout à fait à sa place.
    Les cheveux parfaitement peignés brillent comme le cuir du fauteuil.
    Détail étonnant : La tête de l’homme et son corps remplissent la partie droite de la photo (ce qu’il pense et ressent), ses mains (ce qu’il fait) sont de l’autre côté, en bas à gauche. Est-ce un homme politique ? 🙂

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *