Vue dans une ruelle

Vue dans une ruelle est une peinture de August Macke

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un regard à Vue dans une ruelle

  1. Spei dit :

    Je vois dans cette peinture un univers très coloré.

    Nous somme dans une ruelle, dans une ville que j’imagine africaine ou orientale, par les formes, les couleurs, la chaleur qu’il s’en dégage, les silhouettes des personnages au centre, la tenue vestimentaire et le teint hâlé du personnage au premier plan. Le côté oriental m’est inspiré aussi par la courbure de l’arcade au centre du tableau.

    Je vois dans le tiers supérieur du tableau majoritairement un ciel bleu azur que j’aimerais voir remplacer ce ciel gris qui plombe trop souvent dans nos rues parisiennes ces temps ci. Je vois ce bleu azur se refléter dans une ombre sur le bâtiment gauche après l’arcade. Je vois aussi ce bleu azur en rappel dans une porte sur le mur droit avant l’arcade.

    Je vois deux traits épais noirs au centre gauche du tableau en guise d’ouvertures ou de fenêtres.

    Je vois un sept inversé noir en plein centre du tableau représentant une autre ouverture ou fenêtre, peut être dotée d’un volet du coup pour en expliquer la forme.

    Mon regard se porte à présent sur le personnage au premier plan. Je vois un homme, sans arriver à dater son âge, sa silhouette, l’impression qu’il me fait est d’un homme de plus de 40 ans. Il est habillé d’une tunique orange qui couvre l’ensemble de son corps en dehors de la tête (pour les pieds, on ne voit pas, étonnant d’ailleurs ce parti pris de couper le personnage). Un tissu rouge part de son épaule droite et descend jusqu’au niveau de son bassin. Il est coiffé d’un chapeau rouge doté d’une sorte de queue de cheval noire.

    Je m’attarde à présent sur les personnages au centre de la toile. On les devine plus qu’on ne les observe. La distance fait d’eux de simples silhouettes. Rouges. Je ne sais pas trop si je vois deux personnages et leurs ombres plus petites ou orangées ou trois personnages dont un plus orangé et deux ombres des deux autres ou cinq personnages dont deux enfants. J’opte pour la première version car la couleur plus orangée me fait plus penser à des ombres, donc deux personnages, celui de droite ayant du coup deux ombres, une petite sur le mur central et une aussi grande que lui sur la droite, dans un ton encore plus orangé que les petites ombres. Je vois d’ailleurs dans cette grande ombre comme un visage inquiétant se dessiner par quelques touches de blanc, deux yeux et une bouche digne d’un toon diabolique.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *