Sans titre

Sans titre de l’exposition Dysfashional de Marc Turlan

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 regards à Sans titre

  1. Spei dit :

    Je vois dans cette photographie le portrait d’une femme.

    Nous voyons principalement son buste et sa tête.

    La photographie est en couleurs, le fond est gris souris, et je remarque pour commencer que le bord droit de l’image est droit tandis que le bord gauche a un effet déchiré.

    La représentation de cette femme est assez perturbante au demeurant.

    On voit l’intégralité de sa tête et la moitié supérieure de son buste recouvert par une dentelle noire. Cette dentelle est toutefois suffisamment espacée pour permettre de deviner les traits du personnage et son regard. Au niveau de la tête, la chevelure on ne peut plus brune échappe à cette seconde peau. Une raie parfaite sépare la chevelure en deux.

    « Étonnamment » la partie inférieure du buste est découverte de manière à découvrir les seins de la belle. La blancheur de la peau mise à nue donne un contraste puissant avec l’ambiance un peu sombre du reste de l’image.

    Je peine à croire que la dentelle n’est pas un artifice numérique car je ne comprends pas comment elle peut parvenir à épouser aussi bien le visage sans lien de fixation notamment au niveau du front.

    Il est toujours intriguant voire dérangeant d’être confronté au regard d’une personne que l’on ne peut pas ou presque pas dévisager de notre côté. Et là, cette sensation est d’autant plus renforcée que l’étoffe qui masque cette femme est inhabituelle et que l’effet de matière produit par la dentelle, sorte d’entrelacement entre peau et tissu, lui confère un côté animal ou comme un mutant issu des univers des comics américains.

    Si je prends un peu de recul, que je regarde l’image d’un air un peu abstrait, les seins s’estompent, la chevelure s’estompe et je ne vois plus que le buste et le visage comme une sorte de sculpture dans un matériau de fer ou de pierre.

    [Reply]

  2. Laure dit :

    pas le temps de laisser mon regard, juste un mot : j’aime cette oeuvre !

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *