Bijin-ga

Bijin-ga est une estampe de Katsugawa Shunsho datée de 1771

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 regards à Bijin-ga

  1. batistin dit :

    Oh ! Le joli coup de vent espiègle .
    La force du trait et la délicatesse maitrisés.

    [Reply]

  2. Ivan Sigg dit :

    Haïku d’automne

    Bourrasque de vent
    Buisson caché d’une main
    Collines de l’autre

    [Reply]

  3. Ivan Sigg dit :

    Deux fleurs dénudées
    Par le vent qui couche l’herbe
    L’érable résiste

    [Reply]

  4. Igor dit :

    La maîtrise du trait, si simple, si puissant, si beau.

    [Reply]

  5. Ivan Sigg dit :

    Le haïku est une forme poétique ultra courte, une « image écrite », concise, concrète et ciblée pour dire l’instant. C’est un vers de 17 syllabes décomposé en trois tronçons de 5, 7 et 5 syllabes. Pour les débutants ces trois tronçons peuvent correspondre, dans un premier temps, à 1)sujet, 2)verbe, 3)complément)
    Cet outil poétique très cadré peut nous permettre de dire notre regard sur une oeuvre (voir ci-dessus) en nous affranchissant de la pensée?
    Je vous recommande le génial « Petit manuel pour écrire des haïkus » de Philippe Costa aux Ed. Philippe Picquier. Unique essai français, plein d’humour, montrant comment jouer du haïku avec toute la richesse de la phonétique, de la grammaire, de la syntaxe et des figures de style de la langue française.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *