Moine au bord de mer

Moine au bord de mer est une peinture de Caspar David Friedrich

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 regards à Moine au bord de mer

  1. Shonagon dit :

    « Celui qui créa terre et ciel est tout autour de moi » (Friedrich)

    Long soupir en voyant cette image.
    Une peinture trop chargée par une histoire qui ne se raconte pas.

    [Reply]

  2. ivansigg dit :

    Bonjour Shonagon
    vous avez rencontré Friedrich, vous avez rencontré vos émotions (soupir), vous avez rencontré des souvenirs confus (chargés), mais avez vous rencontré cette oeuvre ?
    Permettez-moi d’essayer de la VOIR, un instant, comme si elle n’avait justement pas d’histoire, de ne voir que CE QUI EST sous mes yeux et non ce qui est dans ma tête :

    Une peinture découpée en trois bandes bien distinctes. Les 4/5ème supérieurs de la toile sont un ciel complexe composé à sa base de trainées noires verticales des trombes de pluie, de masses grises des lourds nuages, du ciel bleu toujours là derrière la tempête, de la nuit noire de l’univers infini. La deuxième bande horizontale, la plus fine et la plus opaque, c’est l’océan, noir et parsemé de crêtes d’écume blanche. A la base de l’oeuvre, une bande claire qui a une forme triangulaire (désignant le ciel?) c’est le sable ou la lande et ses herbes sèches couchées par le vent.
    Dans le vent froid, un homme solitaire en robe sombre et à la coupe au bol (un moine ?) , positionné de trois quart face à nous (on voit son col ouvert sur sa poitrine) tourne sa tête pour voir ce qui est derrière lui. Les éléments, le vent, le poussent dans cette direction (sa robe pointe vers la gauche) Il est au sommet du triangle de sable. Il ne regarde pas l’horizon. Il est minuscule sous l’immense ciel. Sa tête ne touche pas le ciel. SA TETE N’ATTEINT PAS LE CIEL.
    Quels sont les doutes de cet homme par rapport à CELUI auquel il croit et qui est au ciel ? Quel est la tempête dans sa tête ? Pourquoi regarde-t-il derrière lui ? Quel passé le retient ?
    Au loin, un peu au dessus de l’horizon, à gauche du moine, trois phares ? trois étoiles ? trois goélands ?
    Trois lumières dans les ténèbres ? Trois vies simples ? Ou symbolique des trois rois mages ?

    [Reply]

  3. Alexis dit :

    Merci Ivan et Shonagon pour vos regards,

    A la lecture du regard d’Ivan je me suis aperçu que j’avais élaboré un regard un peu différent !

    J’avais vu 4 bandes distinctes, en distinguant ce qui était ciel (en bleu) de ce qui était nuage (en gris). Ces nuages que je voyais comme un monstre prêt à se saisir de l’homme minuscule au premier plan.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *