Formes combattantes

Formes combattantes est une peinture de Franz Marc

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 regards à Formes combattantes

  1. eMmA dit :

    Je vois une peinture non figurative très colorée.
    Les formes sont comme des plumets multicolores qui s’entrelacent.
    C’est comme si la forme principale (la rouge) voulait absorber toutes les autres, et notamment la noire.

    J’adore, c’est très joyeux !

    Et bien, justement, je vous souhaite de joyeuses fêtes à tous.
    Et si vous le souhaitez, vous pouvez faire ouvrir les portes de mon calendrier de l’Avent :

    http://emmacollages.over-blog.com/article-calendrier-de-l-avent-1er-decembre-2009-41302666.html

    A bientôt,
    eMmA

    [Reply]

  2. za dit :

    C’est une vague ! une vague de chaleur et de sensualité avec plus loin la profondeur.

    [Reply]

  3. kasimir dit :

    Je vois un étrange poisson rouge !
    Etrange car il a deux grandes oreilles roses, à moins que ce ne soit une couronne,
    il a un petit oeil noir tout rond comme un oeuf d’esturgeon,
    il a une vaste moustache rouge qui cache une pince de homard ébouyanté,
    il a plusieurs pattes, ce qui tendrait à faire penser qu’il est de la famille des céphalopodes,
    il a une queue dont le tranchant est arqué comme une hache gauloise,
    et sur le dos des plumes de coq.
    Bref, c’est un drôle de zozo.

    Il vient de sortir d’une grotte noire qui a bien essayé de le retenir, mais en vain : il se barre, toutes voiles dehors.

    Aurevoir petit poisson rouge !
    Bon voyage loin de la grotte obscure !

    [Reply]

  4. eMmA dit :

    Ah Kasimir, je suis heureuse de te retrouver ici.
    Et quel très joli regard tu nous as écrit !
    Quel Zozo !

    [Reply]

  5. batistin dit :

    L’abstraction a ceci de particulier: c’est au titre de l’oeuvre que nous devons notre première impression. Sauf évidemment quand le titre est « sans titre numéro x » !
    Ici, l’idée première donné par le titre « forme combattante » est accentuée par l’emploi scolaire de couleurs en opposition (usage savant des complémentaires bleu contre orange, mauve contre jaune, rouge contre vert sombre).
    De là à s’enthousiasmer…
    Je vois ici une belle démonstration d’efficacité, appuyée simplement sur un solfège bien maitrisé et un choix de titre opportun.
    Ce qui n’enlève rien au plaisir décoratif de l’oeuvre.

    [Reply]

    Alexis Reply:

    Votre retour est très éclairant sur la présence du titre ou non !

    Sur la première page d’Un Jour Une Oeuvre, le titre n’apparait pas, et ce volontairement pour ne pas influencer le regard. Ce qui n’est pas le cas dans les messages envoyés par le site dans vos boites aux lettres. Et à vous lire, il me semble voir que la présence du titre est bien une « contrainte » dont il est difficile de s’abstraire pour regarder.

    Merci !

    Bonne journée à tous !

    [Reply]

  6. batistin dit :

    Pour tout dire, il me semble malgré tout que l’emploi d’un titre en abstraction peut néanmoins faire partie intégrante de l’oeuvre. Et donc de la démarche artistique. Ce qui est tout à l’honneur de l’artiste. Après tout, bon nombre d’oeuvres ne sont telles pas le fait d’un travailleur manuel… Comme un beau meuble d’époque aurait du mal à se défaire de son nom !
    (« commode bordelaise Louis Phillipe..?! »). Ce qui n’enlève rien au sens profond que nous offre la main de l’ébéniste. Comme du peintre abstrait… ou pas d’ailleurs.
    Quand à l’absence de titre à votre page d’accueil, monsieur, les lecteurs et les artistes ne peuvent que vous en remercier.
    La rêvée et discrète délicatesse du producteur artistique !

    [Reply]

  7. Shonagon dit :

    Thésée tuant le Minotaure.

    Thésée après avoir arraché la corne du Minotaure, s’est métamorphosé en rapace et s’est muni de la corne pour en faire un bec.
    Le Minotaure hurle de douleur.

    Minotaure condamné à l’obscurité, à l’anthropophagie pour le seul tord d’être différent.
    Thésée, petit roquet, abandonnant Ariane, causant la mort de son père, enlevant Hélène. Mais pourquoi en a-t-on fait un héros ?

    La version d’Ulysse 31 est ma préférée. A la fin Ulysse se rend compte qu’en tuant le Minotaure, il avait tué celui qui pouvait l’aider à « retrouver le chemin de la Terre »

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *