Nu féminin

Nu féminin est une photographie de Janine Niepce datée de 1970

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 regards à Nu féminin

  1. eMmA dit :

    Mon oeil voit la photo d’un portrait en buste, de profil, noir et blanc d’une jeune femme. Elle est nue.
    Elle porte sa tête légèrement penchée vers le côté gauche. Ses paupières sont à demi closes, car son regard est dirigé vers le bas, semblant signifier que le regard du sujet n’est pas l’objet principal. Le sujet ne voit pas ? Ne regarde pas ?
    Ses cheveux sont tirés vers l’arrière, ce qui laisse apercevoir une bonne partie de son visage, hormis ses oreilles qui demeurent dans l’ombre. Le sujet n’écoute pas ? N’entend pas ?
    La bouche est fermée et esquisse un fin sourire assez énigmatique. Le sujet ne parle pas.
    La peau de son visage est parsemée de taches de rousseur, ainsi que son bras gauche, mais de façon plus atténuée.
    Ses seins sont menus et fermes. Il sont mis en valeur, car c’est l’mplacement le plus clair (traces d’un maillot de bain, sans doute). Ils sont comme « auréolés » au sein de la photo. Ce buste devient l’objet principal vers lequel le regard se pose et se concentre. Ce sont eux qui parlent, regardent et entendent.
    L’ensemble dégage beaucoup de douceur, hormis la partie en bas à gauche qui dévoile dans l’ombre, une petite partie des cuisses de la jeune femme. Cette partie contraste avec la blancheur des seins qui lui fait face. Elle est comme une ligne découpée franche dans ce portrait.

    [Reply]

  2. Arnaud dit :

    Bonjour à tous,

    Aujourd’hui je découvre une photo en noir et blanc représentant une jeune fille au buste nu, apparemment assise avec les jambes relevées, en appui sur ses bras.
    Fortement piquetée et contrastée, l’image nous laisse découvrir, de haut en bas, une coiffure sage et sophistiquée, un visage dirigé vers le bas, des yeux baissés, un nez parfait, une bouche aux lèvres délicatement ourlées, une épaule fine, une poitrine menue puis les cuisses qui montent sur la gauche.
    Le détail que je trouve hautement érotique : les 9 grains de beauté sur le bras.

    [Reply]

  3. kasimir dit :

    Mon regard est ému.
    Non pas troublé, comme je puis l’être si une pousssée instinctuelle monte en moi devant tel ou tel nu.
    Pas troublé, mais profondément ému, touché, attendri.
    Ce tableau illustre parfaitement, et exprime instantanément, ce que j’essaie si laborieusement d’expliquer avec des mots, des phrases, dans B3, à savoir cette possible mais incertaine réunion des deux courants amoureux : le courant tendre et le courant sensuel.
    Ici l’érotisme est plénier, pur, saint, sacré !
    Ce tableau est parfait ! Merci l’artiste !

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *