L16

L16 est une lithographie de Hans Hartung de 1973

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 regards à L16

  1. emi dit :

    Au milieu d’une aube rosée se dresse l’obstacle au regard, rude, tentative de carré au milieu de l’informe, c’est une porte qui cache, délimite, enferme le regard. On ne vois plus que ça : ses aplats opaques et pourtant ajourés, un rayon de rose réussit à s’infiltrer entre ses lais sombres et l’espoir filtre : la porte peut donc s’ouvrir.

    [Reply]

  2. Dauman Fossé béatr!ce dit :

    Des bu!ld!ngs la nu!t lors d’une coupure d’ elctr!c!té.

    [Reply]

  3. Eric Meyer dit :

    Je vois un rectangle noir, à l’horizontal, au centre d’une surface blanche. Je vois un rectangle noir composé de bandes noires et verticales. La bande située à l’extrémité gauche est grise dans sa partie supérieure, tachetée de noir. La partie inférieure est noire et légèrement tachetée de gris comme une empreinte, un négatif de la partie supérieure. Un trait noir, en haut, à droite de cette bande, lui donne de la profondeur, de l’épaisseur. Un trait noir à l’horizontal, en bas de la bande, lui assure une stabilité. Cette bande m’évoque un gratte ciel, et l’ensemble une ville à l’horizon. Les deux bandes suivantes, à peine espacées, semblent laisser passer la lumière venue de derrière et être de bois, une palissade cachant la ville, la rendant inaccessible. Elle cache une autre bande noire un peu plus haute mais qui de descend pas jusqu’à la base. Les bandes suivantes me font également penser à du bois, des bois flottants, à une barrière. La partie basse est brisée, arrachée, comme si on avait frappé dessus à coup de pieds. Des lignes inclinées apparaissent sur la droite et dans la partie située en bas à droite, une bande noire à l’horizontal, comme un rajout, un renfort. Il y a du gris derrière, de la lumière.

    [Reply]

  4. Ivan Sigg dit :

    merci Eric pour ce regard si riche. Dans un tel travail d’attention, il n’ y a plus d’observateur et d’observé, il n’ y a que l’observation. Dans l’instant où tu fais cela tu deviens l’oeuvre elle-même et cette empathie est poésie. il faudrait maintenant donner ta description à quelques artistes et voir ce qu’ils produisent…
    Ivan Sigg

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *