Femme assise au chevalet

Femme assise au chevalet est une peinture de George Braque

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 regards à Femme assise au chevalet

  1. arboricol dit :

    Ensemble sombre mais quelle harmonie des couleurs!
    Une femme pose, jouant de la guitare.
    Musique espagnole, la partition jugée sur un haut lutrin, aussi filiforme que la musicienne.
    Tout s’élève en verticales, s’allonge, s’étire.
    Un déchiffrage plus qu’un jeu.
    Quelques notes de couleurs plus vives, un orange, un jaune cru. Le tout s’intégrant aux graphismes de la tenture murale, l’éclairant.

    [Reply]

  2. SylvieLeBars dit :

    Hello …
    Mon regard est un peu perdu dans ce tableau…tout est assez sombre …et encombré…Ne serait cet éclairage rectangulaire qui évoque la lumière qui entre par une fenêtre j’aurais bien vu cette scène dans le bric à brac d’un grenier…La scène se déroule donc dans une pièce tapissée de papier peint vert, avec un tapis. Plusieurs lutrins dans la pièce l’un supporte ce que l’on peut imaginer être une partition. Une forme humaine est assise en face du lutrin. elle tient une mandoline, ou un oud. Elle semble en jouer. Cette forme humaine est en partie dans l’ombre, une face très noire dans laquelle on distingue quelques traits féminins. La partie éclairée nous montre une main posée sur l’instrument et une opulente chevelure blonde. Le buste de cette personne est disproportionné, très long, avec un cou « de giraffe »…. Beaucoup d’autres éléments de mobiliers et les motifs du papier peint rendent cette toile très « difficile » à regarder …

    [Reply]

  3. Spei dit :

    Je vois une peinture représentant une scène intérieure.

    Dans un salon ou un bureau, une femme, assise sur une chaise, semble jouer un instrument à corde comme une guitare, un banjo, une mandoline ou une luth. Elle regarde une partition à mi hauteur juchée sur une sorte de pupitre. Ce pupitre est fait d’une pièce principale de bois verticale de forme cylindrique, sculptée de manière à former une succession de formes me faisant penser à des mollets humains.

    Derrière le pupitre, je vois une lampe, base cylindrique également, et son abat-jour orangé plissé et sur lequel se dessinent des losanges aux contours verts.

    Sur le mur en arrière plan, je vois des tapisseries aux motifs géométriques, plusieurs pans de tapisserie d’ailleurs et de teintes vertes également différentes, le tout donnant une impression assez bordélique.

    Je vois pas mal de choses que je n’arrive pas à interpréter comme le bric à brac qui se trouve sur une espèce d’étagère située en arrière plan au dessus du pupitre.

    Côté droit, en second plan, j’ai l’impression de voir une nouvelle lampe même si l’aspect lumineux me fait penser qu’elle n’est pas allumée. Je vois un pied en forme de bouteille et un abat-jour étonnant, sorte de carré orange sur lequel est dessinée une forme de goutte jaune.

    Juste au dessus, je vois une forme humaine sombre, me faisant penser à une sorte de cantatrice. En contre-forme, sombre également, une sorte d’amphore dont je me demande ce qu’elle vient faire là. Du fait du côté un peu surréaliste du dessin, je ne sais pas bien si ce couple cantatrice/amphore fait partie d’une tapisserie ou s’il y a là un profil d’une personne se trouvant dans une pièce secondaire.

    La femme assise, musicienne ou apprentie musicienne, personnage principale ne semble pas très joyeuse dans sa pratique instrumentale. Je me laisserai aller jusqu’à dire qu’elle titre un peu la tronche même. On distingue assez bien ses traits, le traitement du personnage me fait un peu penser aux dessins grecs de l’antiquité.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *