Le matin à la campagne après l’orage

Le matin à la campagne après l’orage est une peinture de Kasimir Malevictch datée de 1912

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 regards à Le matin à la campagne après l’orage

  1. emma dit :

    Je vois une bûcheronne et un bûcheron . Je remarque des maison. des arbres . Dans l’arrière plan je remarque une personne trainent derrière elle quelle que chose et je vois de la fumée au loin

    [Reply]

  2. Isabel dit :

    Je vois : des lignes, des traits, des triangles, des carrés… et tout un tas de diverses formes géométriques (tiens donc). Trois couleurs dominantes : bleu, blanc, rouge, quelques tons beige et marron, marron-vert, du jaune, du noir également. Je vois trois personnages, un couple qui marche côte à côte (on les distingue par la forme de leurs vêtements et la couleur de leur chevelure). Ils portent ce qui pour moi ressemble à des seaux… mais peut-être s’agit il de paniers ? Plus loin devant eux, on peut apercevoir le troisième personnage, qui traîne une luge semble-t-il. Je vois également des maisons, des arbres, de la neige ? en tout cas cela y ressemble, des ouvertures (fenêtres sur les maisons) et le ciel qui est de couleur rouge. Voilà, bonne nuit 🙂

    [Reply]

  3. jill.C dit :

    Je vois ce que voit Isabel ! Je vois la neige surtout qui a tout recouvert et le soleil qui se lève et va la faire fondre. je vois aussi la difficulté qu’ont les passants à se mouvoir dans le tapis neigeux !

    [Reply]

  4. Spei dit :

    Je vois dans cette peinture la représentation d’une scène campagnarde.

    Le traitement adopté ici est surprenant et me fait un peu penser au cubisme sans en être vraiment. Tout est fait à base de formes géométriques, beaucoup de triangles, des parallélépipèdes, des losanges, des ronds, des demi-lunes, des cylindres, …

    Les couleurs sont assez homogènes : nuances de blanc, noir, rouge et bleu.

    En prenant un peu de recul, je vois des arbres, des maisons, une rue dans un village de campagne.

    Deux personnages principaux en avant plan marchent nous tournant le dos. Le personnage de droite est plus massif, il me fait penser à un homme tandis que celui de gauche me fait penser à une femme. Ils portent tous deux des seaux, j’ai envie de dire qu’ils viennent de traire leur petit troupeau de chèvres.

    Un peu plus loin, en plein centre du tableau, je cois un personnage semblant tirer quelque chose qui ressemble à un quatrième personnage au sol qui pourrait être inconscient ou mort. Le personnage qui le tire est courbé vers la droite, une main vers l’arrière en oblique parfaite avec le haut de son corps et l’on distingue le cadavre par une jambe et un pied qui dépassent d’une maison. Qu’a t’il bien pu se passer ?

    Les maisons sont toutes dotées de cheminées souvent rectangulaires, il s’en échappe de petits nuages de fumée aux formes arrondies. Les formes des fumées de la maison de droite me font penser à un visage qui regarderait la scène générale d’une manière inquisitrice semblant dire aux deux arrivants, voyez ce qu’il se passe, intervenez !

    Le sol blanc grisâtre, le nombre de couleurs limité me font penser à une scène enneigée.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *