ideogram

Ideogram est une photographie de Zack Stern

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 regards à ideogram

  1. SylvieLeBars dit :

    Bonjour 😉
    Facile ce matin…une photo toute simple. En noir et blanc. Une photo prise au bord de la mer, ou sur un immense lac. En haut le ciel en bas l’eau. A l’interface un horizon sur lequel on distingue peut-être une forêt…Lointain cet horizon…Au premier plan sur l’eau un ponton qui découpe l’espace de façon symétrique. On sent que la symétrie est recherchée et que ce n’est pas l’émotion de la capture de l’instant. Ce ponton en bois se termine par une petite construction au toit pointue à claire voie. Un abris pour se protéger de la pluie ou du soleil en attendant d’embarquer. Juste au dessus du ponton, capture de l’instant, une mouette. Son corps est juste au dessus du ponton des ailes de part et d’autre. Elle rompt cette symétrie froide d’un coup d’aile. Elle n’est pas parfaitement nette, la focale est plutôt mise sur le bout du ponton. Dans l’espace à droite du ponton, on distingue aussi une avancée de terre ou de neige. Cette avancée est très blanche, aussi elle évoque une berge couverte de neige, ou un glaçon flottant…La surface de l’eau est presque lisse. Le ciel est nuageux…En fait j’aimerais mieux voir l’oiseau…Cette composition évoque trop un photographe qui profite du passage de l’oiseau pour donner un peu de vie à l’ensemble en ayant préparé un réglage de mise au point pour un ponton vide…

    [Reply]

  2. emma dit :

    Je vois un oiseau blanc et noire. Je vois un pont et au font une maison et des vage. Je vois de l eau. Je vois aussi des bateaux.

    [Reply]

  3. Ivan Sigg dit :

    Merci Emma et Sylvie pour vos regards, voici le mien pour les prolonger :

    Le photographe attend
    L’oeil du photographe voit
    la ouate sombre du ciel
    le pyramidion au dessus de l’horizon
    La trame des piliers du ponton
    La trame perpendiculaire des planches du ponton
    La trame des vaguelettes parallèles au ponton (le bout de l’aile déployée en est un écho)
    La trame des grandes ondes parallèles aux planches du ponton

    Le photographe attend un mouvement, un peu de vie.
    Il a vu l’oiseau (mouette mélanocéphale ?) se rapprocher. L’animal est curieux, son oeil scrute l’objectif.
    « Je déclencherai quand il sera à l’aplomb de la pointe du toit. »
    Quand le photographe déclenche (à moins qu’il n’est réalisé une rafale) son oeil a vue les deux V inversés :
    les quatre lignes de fuite des ailes et du ponton forment un grand X en travers du paysage comme pour dire « circulez il n’y a rien à voir ».
    Est-ce l’oiseau à tête noire qui protège son territoire ?
    Est-ce l’inconscient du photographe qui inscrit en filigrane dans la photo son humeur maussade par une négation « Mais qu’est-ce que je fais ici, il n’y a rien à photographier ! « 

    [Reply]

  4. Je vois un photographie en noir et blanc, avec un ponton qui mène jusqu’à la mer. Juste au dessus, au centre, une mouette en plein vol. Le ciel est empli de nuages et la mer est agitée ( vent ) .

    [Reply]

  5. Alexis dit :

    Au centre un triangle parfaitement net attire mon oeil. Il termine un ponton en bois s’avançant vers le milieu de l’image. Au dessus du triangle, un oiseau légèrement flou, il semble géant.
    Le triangle sépare également la partie inférieure de l’image : de l’eau, peut-être de la terre à l’horizon et la partie supérieure ; un ciel gris plein de nuage de plus en plus sombre vers la droite.
    Est-ce de la glace sur la droite ?

    [Reply]

  6. Isabel dit :

    C’est une photographie en noir et blanc. Au centre je vois un oiseau, (une mouette ?) aux ailes déployées au dessus d’un ponton en bois parsemé de piliers. Au dessus le ciel, couvert de nuages, nuancés de gris. Au bout du ponton, un abri en bois. Autour, de l’eau, à la surface striée, certainement les traces du vent contre lequel l’oiseau semble s’imposer. Au fond, à l’horizon on aperçoit la terre ? serait-ce donc un lac et non la mer cette étendue d’eau ? Lorsque je regarde cette photo, j’ai un sentiment profond de pénétrer sur les terres de cet oiseau qui semble être le maître des lieux… majestueux !

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *