La tentation de l’impossible

La tentation de l’impossible est une peinture de René Magritte

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 regards à La tentation de l’impossible

  1. Corina dit :

    et le peintre créa La Femme

    [Reply]

  2. Spei dit :

    Il y a dans cette peinture une petite mise en abyme : la peinture représente un peintre en action.

    Ceci dit, la peinture réalisée par le peintre sort de l’ordinaire. Il semble être doté de la capacité de peindre la vie.

    Son pinceau donne vie au corps d’une femme. Est-ce pour lui la femme idéale ? Cette peinture pourrait être la matérialisation d’un fantasme né de déceptions amoureuses, plutôt que d’être en quête permanente de l’élue, il se décide alors à la créer de toutes pièces.

    [Reply]

  3. Spei dit :

    ça ne m’a pas sauté au premier coup d’œil mais je vois quand même comme une bonne représentation phallique dans l’étrange pinceau érectile coincée entre la main du peintre et sa palette de peinture.

    [Reply]

  4. Alexis dit :

    J’ai hésité… et j’hésite encore…
    Est-il en train de la peindre ou de l’effacer ?

    [Reply]

  5. Spei dit :

    C’est ce qui est pratique, c’est comme cela t’arrange, ça fonctionne dans les deux sens 😉

    [Reply]

  6. elo dit :

    est ce qu’il ne serait pas entrain de se peindre mais en femme , j’ai l’impression que les personnages se ressemblent mise à part le fait que se soit une femme et un homme

    [Reply]

  7. betepoilue dit :

    Je ne connaissais pas ce tableau de Magritte, mais il est une illustration remarquable de la « tentation impossible » de l’artiste à mon sens. Tentation de produire l’oeuvre d’art absolue; l’oeuvre qui reproduit à la perfection la vie, impossible en ce que l’imagination si elle peut s’évader, et nous installer dans un nouveau rapport à l’objet, ne le fait cependant que dans un certain cadre (Problématique que l’on retrouve chez Balzac dans le chef d’oeuvre inconnu) On peut peut-être remarquer aussi l’analogie avec le mythe grec de Pygmalion; ce sculpteur qui, ayant produit une sculpture parfaite, à tel point qu’il en tombe amoureux, implora les dieux de bien vouloir l’exaucer en insufflant la vie à sa création. La tentation impossible ici semble s’en approcher, et l’impossibilité se résout d’elle-même puisque la jeune femme semble bien vivante. Mais on peut enfin voir dans ce tableau la tentative de l’artiste de se substituer à Dieu, lui même artiste et « créateur » de l’homme. La tentation est forte pour le peintre, mais elle reste irréalisable car, si Dieu est créateur, c’est parce qu’il à découvert sa création au fur et à mesure que celle-ci apparaissait (Dieu crée et seulement ensuite « vit que cela était bon » Genèse) or l’artiste ici devient artisan, en réglant sa production selon cette tentation qui précède toute exécution. Je n’arrivais pas à dormir, mais je sens que maintenant c’est bon merci Magritte ! :p

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *