Auto-Portrait

Auto-Portrait de Robert Lenkiewicz.

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 regards à Auto-Portrait

  1. SylvieLeBars dit :

    Bonjour 😉
    Je vois le portrait d’un homme cadré assez serré. Seul le côté droit du visage est éclairé. Il porte des cheveux longs chatains clair, très ondulés, une raie sur le côté. Il porte une barbe et des moustaches assez courtes aussi. Les yeux sont ouvert, la bouche entre-ouverte – on ne distingue pas ses dents-. Les lèvres sont charnues. Il me regarde. Ses pupilles sont d’un vert clair lumineux. J’entre-aperçois le col de sa chemise ouverte. L’expression du visage n’exprime pas un sentiment fort, plutôt une sorte d’interrogation. Cet homme semble me demander « et alors? » … La peinture est très réaliste. On pourrait presque hésiter entre une peinture réaliste et une photo. Le flou des cheveux permet de pencher pour la peinture. Cet homme est assez jeune, entre 35 et 40 ans. Les cheveux vaporeux autour du visage n’évoquent pas une coiffure actuelle, aujourd’hui il rassemblerait cette belle chevelure avec un catogan. Évocation assez « romantique »…

    pour info : Cet exercice du regard et sa transcription vient très exactement de capter 10 minutes de mon attention…

    [Reply]

  2. Spei dit :

    Je vois un homme, typé européen, la trentaine.
    Il a une grande chevelure blonde ou chatain, frisée qui me rappelle un peu les perruques de la cour française. L’effet de peinture rendu est étonnant, il restitue très bien l’impression chevelue, frisée, il y a une sorte de flou dans la partie haute qui me fait penser à la légéreté et à un imperceptible mouvement.
    L’homme a également une bonne barbe de deux/trois semaines, même couleur que les cheveux.
    Le cadrage est très serré sur le portrait.
    Les sourcils sont froncés, le front renfrogné, les yeux fixes regardent droit devant, me regardent en fait, l’ensemble donne une attitude assez inquiète, voire attentive.
    Le fond est sombre, ce qui ne tranche pas beaucoup avec le portrait. Le visage prend une belle lumière, un peu dorée comme un soleil de fin de journée. Le cou lui est plus dans l’ombre. Pas trop d’indication vestimentaire, ni sur l’époque (en dehors du style de peinture), ni sur l’environnement direct.

    Comme Sylvie, moins de 10 minutes pour transcrire ce que je vois de cette œuvre.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *