Paris Métro

Paris Métro est une oeuvre (huile sur toile 81×100 cm) de Charles Ducroux datée de 2004.

Encore 2 jours pour choisir la date de la prochaine session d’Un Jour Une Oeuvre en direct qui se tiendra dans les galeries de la rue Louise Weiss : http://doodle.com/participation.html?pollId=cxe75kpc8ehpkkm6

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 regards à Paris Métro

  1. fbrahimi dit :

    C’est drôle j’avais jamais eu cette impression de haut plafond 😉

    [Reply]

  2. Spei dit :

    Mince, j’aime beaucoup celle-ci mais là encore, le sujet saute aux yeux à la lecture du titre et difficile de ne pas lire le titre. Il faudrait peut être si on veut garder le concept de voir l’œuvre hors contexte ne pas mettre le titre directement sur la note mais d’y accéder sur acte en cliquant sur un lien.

    Bon alors, qu’est-ce que j’y vois ?

    Je vois d’abord une composition en escargot. Je pars du bas droite foncé, je remonte en suivant les bords du cadre, j’arrive sur le centre bas après avoir fait le tour et je remonte au centre au travers de la pyramide qui se conclue par deux personnes gagnant le centre occupé par un coin de ciel bleu.

    Sur les couleurs, de prime abord, la gamme semble assez restreinte avec un rapport 2/3 sombre marron-gris, 1/3 clair bleu. Mais à bien y regarder, la gamme est plus développée qu’il n’y parait, notamment sur la partie sombre qui a de très nombreuses variations de marron clair et foncé, de gris, de bleu, de rouge, de violet et même d’un peu de noir notamment sur le personnage de droite.

    Sur ma compréhension de la scène, factuellement parlant, je vois deux personnages (un couple ou un parent/grand enfant par la proportion et le côté collé) qui semblent quitter un endroit clôt et souterrain pour regagner la surface. Ils semblent monter ce qui ressemble à un escalier (mais qui doit être en fait un escalator si je me rapporte au lieu représenté). Je ne note rien de particulier sur les personnages ou la surface si ce n’est qu’au regard de la grisaille qu’ils quittent, j’ai envie de les suivre tant la luminosité du ciel invite ici à s’y précipiter.

    On pourrait interpréter cette scène de plusieurs façons de par son rendu abstrait. Je ne suis pas spécialiste des techniques de peinture mais ça me fait ici penser à de l’aquarelle ou à du pastel. Sur les interprétations, je verrais bien une scène biblique ou fantastique comme une simple représentation de la sortie d’un… métro parisien 😉

    [Reply]

    Alexis Reply:

    Merci Spei pour cette contribution !

    Ta remarque sur le titre ou la description est très pertinente, je l’enregistre dans les modifications à faire…
    Plus que l’image sur la première page et on accède au titre et au descriptif succin par un clic.

    Bravo pour la description, c’est amusant comme cela a changé mon point de vue sur le tableau après la lecture… Je ne l’avais pas vu comme cela, même si maintenant je n’arrive plus à le revoir comme je l’avais vu au départ…

    D’ailleurs @fbrahimi non plus puisqu’elle parle d’une impression de haut plafond !

    Une question sur ta dernière phrase : « Sur les interprétations, je verrais bien une scène biblique ou fantastique comme une simple représentation de la sortie d’un… métro parisien 😉 » quelle scène sacrée vois-tu dans cette représentation ?

    Encore une excellente contribution pour une fiche de lecture !

    [Reply]

  3. charles ducroux dit :

    Bonjour,

    je suis l’auteur de ce tableau, que mon cousin Paul a eu la bonne idée d’acquérir.
    Merci et bravo pour vos commentaires.
    La preuve qu’un tableau n’est qu’une proposition, que chacun peut s' »approprier » selon sa propre sensibilité et analyser en laissant libre cours à son imagination.
    J’avoue ne pas penser à tout ça quand je peins.
    L’origine de cette toile est une photographie que j’ai prise en sortant de la station de RER Luxembourg. L’émotion de départ est celle que j’éprouve en sortant d’une bouche de métro, ou d’un tunnel.
    La passage de l’ombre vers la lumière, vers de nouveaux horizons, vers l’infini. Une sorte de renaissance, happé par la lumière, un instant où tout est possible.
    Mais la peinture est muette, et vos commentaires valent mieux que les mieux que les miens.

    Cordialement,

    Charles Ducroux
    http://charlesducroux.free.fr

    [Reply]

    Alexis Reply:

    Bonjour Charles,

    Merci pour votre retour et votre intérêt pour les regards des lecteurs.

    J’ai également reçu cette contribution anonyme par messagerie, en réaction avec la lecture de Spei, en réaction aussi avec la présence du titre qui oriente le regard…

    Je ne résiste pas à l’envie de vous la faire partager :

    Tout voir :
    Je ne vois rien qui dise Paris
    Je ne vois rien qui dise métro (pas de marches, pas de carrelage, pas de rampe noire…) sinon une perspective qui débouche sur un à plat bleu
    je vois sur toute la surface des touches de brosse ou de couteau
    je vois un effet général de diffusion des points de lumière (certains logiciels permettent cet effet « façon impressionniste » à partir d’une photo)
    je vois une palette de couleurs pastelles : rose, bleu clair, gris bleu, ocres pales…
    ( palette « impressionniste » de Monet qui appliquait les découvertes récentes sur la diffraction de la lumière, voire ses cathédrales ?)
    je vois un effet général de « miroir cassé »
    je vois également un effet de reflets dans l’eau où tout vibre et se mêle avec tout
    je vois des lignes de fractures (des arrêtes) dans ces reflets
    je devine deux silhouettes, elles montent ou elles descendent rien ne le montre
    rien ne me montre que c’est un couple
    ces deux silhouettes sont floues et se détachent sur le fond bleu clair
    celle de droite est recouverte de noir (forme de serpent avec deux yeux et une langue dans le dos)
    il y a comme trois ombres noires derrière les deux silhouettes
    Ces tâches noires sont inquiétantes et contrastent avec le reste du tableau

    Si j’accepte que c’est une vision de Paris depuis le métro :
    alors ma mémoire réagit et me rassure en re-connaissant une rampe d’escalier à gauche,
    une rangée de boite de bouquiniste (sur les quais) en haut de l’escalier et même un bout de Notre-Dame (dans la pointe du triangle bleu)
    et enfin, un escalator à droite

    Il faudra bien sur que je travaille à cette modification du site pour reporter à un clic le titre et le descriptif.
    Et bien sur, merci pour les suggestions, les cathédrales de Monet et peut-être quelques photographies avec retouches et effets…

    [Reply]

  4. coming soonn dit :

    je suis d’accord avec la remarque sur le titre.
    Sans celui ci l’œuvre pourrait vraiment nous faire penser totalement à autre chose (sans vouloir faire ma folle je lui trouve quelque chose de très mystique).
    Très jolie en tout cas.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *