Le reflet de Si Wan

Le reflet de Si Wan est une œuvre (huile sur toile 122 x 92 cm) de Kiera Malone.

Vous pouvez suggérer un texte associé à chaque oeuvre sur son site.

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 regards à Le reflet de Si Wan

  1. fbrahimi dit :

    « Oh miroir Mon beau Miroir dis moi que je suis belle »
    C’est d’un réalisme stupéfiant.

    [Reply]

  2. delatouche dit :

    le reflet de Si Wan ou comment échapper au narcissisme….les commentaires de Sigg (Wan!!!!)ou comment se contempler et oublier l’essentiel :l’art n’est pas de la dissection sinon de l’émotion.
    SAVOURER et ne pas vouloir la liste des ingrédients.A suivre……

    [Reply]

  3. Alexis dit :

    Difficile en effet de s’oublier même lorsque l’on essaye de voir.

    Que voit-on vraiment lorsque l’on se regarde ?

    Cet exercice d’observation attentive que nous avons débuté avec Ivan et que nous poursuivons avec vous sur ce site Internet ne vise pas à éliminer l’émotion !

    Je dirais même que cette observation attentive peut faire jaillir l’émotion.

    Lors de la dernière session d‘Un Jour Une Oeuvre en direct, la première œuvre que le groupe a retenu ne m’inspirait strictement rien de prime abord… Et pourtant, après l’avoir regardé et participé à la description avec les autres, j’ai ressenti l’émotion de ce contact qui cherchait à s’établir entre les deux tiges…

    Expérience étonnante !

    [Reply]

  4. Ivan Sigg dit :

    Bonjour Delatouche
    intéressante ton intervention cassante quand nous essayons de rassembler et partager les regards de tous pour faciliter l’accès à l’art.

    Notre propos est de nous libérer du connu (de nos opinions, de nos préjugés) pour accéder à l’art de façon neuve.
    Comment accéder à l’art? En le percevant lucidement, en nous affranchissant de toute grille de lecture, de toute expérience, de tout savoir.

    S’affranchir de son conditionnement pour faire l’expérience de la nouveauté (ce qui est devant nous à l’instant où nous le regardons), c’est agir et non ré-agir, c’est donc s’affranchir de ses émotions et ETRE l’expérience.
    Être totalement attentif à l’œuvre au présent, c’est être attentif sans attente, sans volonté, sans but d’en tirer un plaisir, de « savourer »; c’est être attentif à ses matériaux, à sa construction, au contexte de son accrochage et a ce qui se passe en nous.
    Fais cette expérience toi-même et tu verras qu’il en nait une émotion incroyable, nouvelle, partagée par tous les présents. Alexis ne va pas assez loin dans son constat, ce n’est pas entre les tiges que le contact s’établissait, c’est entre les spectateurs qu’un contact d’un genre nouveau s’établissait vraiment car notre attention, et donc l’immobilité de notre esprit (nos soucis et nos conflits intérieurs n’étaient plus là), nous permettait de découvrir la richesse du présent d’instant en instant.

    Nous disons que NOUS NE SAVONS PAS car le savoir est toujours limité et source de conflits.
    Toi, en te plaçant dans la posture de celui qui juge « les commentaires de Sigg ou comment se contempler et oublier l’essentiel » et de celui qui sait  » l’art n’est pas de la dissection sinon de l’émotion » il me semble que tu n’essayes ni d’entrer en contact avec nous et encore moins avec l’acte de création et son résultat.
    « SAVOURER et ne pas vouloir la liste des ingrédients » c’est ce que font les humains depuis la nuit des temps, avec l’art, avec notre vie, avec notre couple, avec la démocratie. Nous en tirons un plaisir éphémère (ou un rejet) sans comprendre les processus de fonctionnement de l’esprit, et puis, nous souffrons jusqu’à ce que nous puissions réitérer la satisfaction (ou l’insatisfaction). Ce sont nos peurs qui nous tiennent éloignés des « ingrédients » du présent. Notre cerveau nous protège du réel (toujours neuf) en nous maintenant dans la réaction émotive (la réaction de notre mémoire), dans le cycle satisfaction/insatisfaction, dans le cycle plaisir/souffrance.

    Viens faire l’expérience avec nous en direct la prochaine fois et tu pourras constater que l’attention totale fait surgir une compréhension nouvelle et une forme de joie qui bouleverse nos repères, qui nous change et donc… qui change le monde..

    [Reply]

  5. delatouche dit :

    voir : opération de l’oeil
    observer : opération de l’esprit
    contempler : opération de l’âme
    quiconque arrive à cette troisième
    opération entre dans le domaine de l’art
    je vous remercie pour votre point de vue intéressant et pour toute l’émotion contenue dans ces propos

    [Reply]

  6. coming soonn dit :

    je vais me faire gronder de ne pas développer mon émotion mais je trouve cette œuvre vraiment magnifique.

    [Reply]

  7. Ivan Sigg dit :

    Bonjour Coming Soon
    Ha ha ha, je n’ai vu personne gronder qui que ce soit ici. Et encore moins entendu quiconque demander à ce que l’on développe son émotion, cette délicieuse tarte à la crème entièrement faite avec de la mémoire fouettée et du beurre de conditionnement.
    Tant mieux si tu la trouves magnifique… la femme ou cette peinture tellement photo ?
    Mais veux tu bien te prêter au jeu et nous dire ce que tu vois : couleurs, formes, plans, construction, lumière, figures, symboles, technique…
    Je dis que c’est un jeu (sans échec et sans succès) car je pourrai alors à mon tour (moi ou un autre) te dire ce que je vois et partager cela avec toi.
    art-mitiés
    Ivan

    [Reply]

  8. PHILIPPE dit :

    Dans un premier temps, j’ai cru à une photo, quel réalisme cette huile « soyeuse » bien sur! Ce qui est troublant c’est le côté moderne de cette femme contrairement à son environnement et habillage traditionnels, la chinoise d’aujourd’hui aurait-elle la nostalgie de l’époque Ming peut-être un message du peintre ?

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *