Le magasin Merode

prevert-doisneau

Le magasin Merode, Prévert photographié par Doisneau en 1953. A voir dans le cadre de l’exposition Paris La Belle consacrée à Jacques Prévert.

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 regards à Le magasin Merode

  1. oggy dit :

    Un air désabusé, des lèvres pincées sur un mégot. Inspiration ou désintéressement ? On devine une laisse à la main droite. Main gauche enfouie dans une poche. Je vois plutôt une simple promenade nonchalante.

    [Reply]

  2. Ivan Sigg dit :

    Doisneau : Vas-y Jacques, déplace-toi encore un peu sur le trottoir vers la droite pendant que ton chien pisse. Encore un peu et tu auras la tête pile devant le O de MERODE. Voilà génial ! Fais ta tronche de cake habituelle, tu sais celle qui veut dire « MERDE à ceux qui m’emmerdent !  » C’est génial.
    Prévert : Bon, ça vient, t’appuies et c’est marre ! On verra le chien au moins ?
    Doisneau : Il est nase ton chien. J’attends que quelqu’un passe sinon c’est trop statique ! Ha, cette passante est parfaite. Te retourne pas. Elle a l’air en colère et tient son landeau d’une main blasée, comme un sac de commission, sans aucun intérêt pour son bébé. Clic clac kodak, c’est dans la boite, poète.

    [Reply]

  3. nicodeparis dit :

    J’aime bien cette photo et le commentaire de ivan, je ne ferai pas mieux.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *