L’enterrement de Louise Michel

L’enterrement de Louise Michel est une gravure à l’eau forte de Albert Peters-Desteray datée de 1905. Elle est à voir au Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis.

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 regards à L’enterrement de Louise Michel

  1. Cette foule, le petit peuple et son cruel destin social, ces drapeaux rouges, le format que je vois à l’écran, me font immanquablement penser à certaines planches de Tardi (en n/b) dans Le Cri du Peuple, magnifique série militante de 4 bd historiques d’après Vautrin, avec aussi des personnages gouailleurs et attachants auxquels Tardi donne vie superbement… c/me tjrs.

    [Reply]

  2. Alexis dit :

    C’est amusant comme les regards peuvent être porté sur différentes voies !

    Je vois des personnages très différents dans cette foule !
    Le personnage en bas à droite que j’ai identifié à un banquier avec son beau costume et sa moustache blanche… Si je continue dans ce sens l’homme à la barbe blanche et au costume marron ne semble pas avoir la même « classe », il semble affecté, son regard va vers le sol. Toujours plus à gauche, une dame élégante au chapeau, avec un châle noir brodé, puis un homme à moustache avec un pull rayé, un crieur de journaux, un homme en manteau et chapeau plus élégant…
    Une foule réunissant des personnages très différents avançant et regardant dans des sens différents. Au centre le policier sur son cheval qui sépare (avec les énormes grilles des arbres) le premier plan (net) de l’arrière plan plus flou ou l’on peut voir de nombreux drapeaux rouges et quelques pancartes.
    Si ce n’était pas le titre, je n’ai pas d’indice pour savoir qu’il s’agit d’un enterrement, cela pourrait être une manifestation ?

    Je pense que je pourrais passer des heures à le détailler ce tableau, il est vraiment très riche !

    PS : deuxième personne à me parler de Tardy cette semaine, il faut que je m’y mette !

    [Reply]

  3. C’est la période des étrennes, Alexis, n’hésitez pas à vous -faire- offrir un Tardi, c’est la pierre angulaire de la bd de ces dernières décades ! « tout est bon chez lui, il n’y a rien à jeter » les séries historiques telles Le Cri du Peuple ou celles sur la Guerre 14-18 mais aussi les Adèle Blanc-sec, et un album majeur « Ici même » très sarcastique, etc…etc… Régalez-vous et donnez-nous aussi votre avis à ce sujet…. La bd, c’est bien le 8ème art ? Bon Noël au créateur ainsi qu’aux visiteurs de ce beau site ! fabienne

    [Reply]

  4. habib dit :

    Tardy pour l’ambiance mais pas plus (cela dit j’adore Tardi, surtout les Nestor Burma pour les description de Paris). 3 choses m’étonnent dans ce tableau, la première c’est le décalage entre le arrière plan (immeuble en noir et blanc avec une drôle de perspective et sans détail apparent) et le premier plan coloré et détaillé de la foule (le cheval est un peu « space ».La seconde c’est les sorte de beignets jaunes que l’on voit dans la foule(je n’arrive pas à savoir ce que c’est).Enfin la troisième c’est dans la description « gravure à l’eau forte » : qu’est ce que c’est ?

    [Reply]

  5. Alexis dit :

    Pour l’eau forte : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eau-forte

    Il nous faudrait une démonstration pour vraiment comprendre !

    [Reply]

  6. habib dit :

    Merci Alexis ! on va demander à Ivan de nous faire une démo

    [Reply]

  7. Ivan Sigg dit :

    Salut habib
    je vois sur les immeubles deux tons de gris, deux tons de bleu et un ton crème.
    Regarde bien il y a plein de détails architecturaux : une marquise d’entrée, un balcon, une fenêtre ouverte, une entrée de magasin, des chiens dormants, des toits en zinc, des corniches de séparation d’étages….
    Les beignets sont des couronnes mortuaires mais dans un autre contexte celà pourrait être aussi des pavillons d’instruments à vent en cuivre. Et tous les points blancs sont une astuce pour donner le sentiment de foule au loin. Georges Lucas prenait des centaines de cotons tiges colorés agités par un ventilateur pour faire les foules dans les arènes de la guerre des étoiles !

    [Reply]

  8. habib dit :

    Merci Ivan , en plus ça me donne une idée pour recycler mes cotons tiges, ça fera une foule basanée pour un futur film ;)))
    bon je t’invite à m’accompagner à St denis pour discuter devant l’original
    Bises
    ps: vous êtes tous les bienvenus

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *