Le jeu de l’oeil

Le jeu de l’œil est une acrylique sur toile (80 x 80 cm) de 1994 de Federica Matta.

En expo en Avignon jusqu’au 2 août 2008, qu’en pensez-vous ?

sur une carte

Cette entrée a été publiée dans Oeuvres, Regards, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 regards à Le jeu de l’oeil

  1. Alexis dit :

    Federica m’a passé deux liens que j’avais envie de partager avec vous :
    – sur son site Internet, la joie des enfants de Montpellier : http://www.federicamatta.com/montpellier4.html
    – dans Le Monde, l’honneur d’un portrait : http://www.lemonde.fr/culture/article/2008/07/09/federica-matta-l-art-de-la-couleur_1068097_3246.html

    [Reply]

  2. Spei dit :

    Je ne suis pas très fan de l’art coloré de Federica mais quelle personnalité. Communiquer l’envie de créer est un art à part entière que Federica semble maîtriser admirablement.

    [Reply]

  3. Alexis dit :

    @spei : ton commentaire me donne envie de poser quelques questions :

    – Que vois-tu vraiment ?
    – Que te dit l’œuvre ?
    – Que te dit l’artiste sur son désir, sur ses buts ?

    [Reply]

  4. Spei dit :

    Eh eh eh, qu’est-ce que je vois dans cette œuvre…

    Pour commencer, je pense que cela ferait plus d’effet en vrai mais je ne prévois pas d’aller à Avignon les prochains jours 😉

    Donc j’aborde la toile avec une lecture basique pour commencer.

    Cela me fait tout de suite penser à un fossile d’ammonite, puis le rouge a un côté sanglant ou lave contrastant avec le bleu central plus marin.

    Ensuite, je m’attarde un peu plus sur les détails et je vois le titre à gauche, le jeu de l’oeil.

    Je fais alors le parallèle avec le jeu de l’oie, le jeu de l’oeil serait un jeu de l’oie où chaque case demanderait au participant de se plonger dans le dessins, de laisser aller son imagination et de décrire un rêve ou une interprétation du dessin.

    Je m’attarde encore un peu plus et j’entre alors dans le dessin de chaque case et je pense que c’est là que je décroche. J’ai du mal avec le côté un peu tribal des dessins, ça me fait penser aux dessins précolombiens, et pour autant fan des mayas, incas, aztèques, etc. que je sois – merci les cités d’or et tintin et plus récemment le national géographique 😉 – ces représentations me dérangent.

    Si je passe alors outre cette mauvaise impression et que je me penche sur ces dessins dans le détail, j’y vois beaucoup de représentations de soleil, de lune, d’étoiles, de plantes, et de scènes aux personnages tantôt humains tantôt « ET ».

    Me vient alors une nouvelle idée.

    Ce jeu de l’oeil pourrait matérialiser dans son côté sphérique et sa dominante de couleur la Terre cernée d’un espace rouge, le rouge pouvant matérialiser la puissance de l’astre solaire. La lune, les étoiles et les genres de comètes gravitant autour de l’astre me confortent dans cette idée.

    Bon, j’extrapole, j’imagine, c’est ça aussi qui est drôle.

    Voilà pour ce que je vois et ce que me dit l’œuvre, maintenant pour ce qui est de savoir ce que l’artiste souhaite faire passer, là, force m’est de constater que je n’arriverai pas ce soir au travail d’abstraction suffisant pour imaginer un désir de l’artiste différent de mon interprétation.

    Ma seule certitude concerne l’utilisation du concept de jeu de l’oie, après, je pense que le désir premier de l’artiste est de ne pas laisser indifférent, de pousser à la réflexion, je crois que là, c’est réussi 😉

    Ah tiens, une recherche rapide sur google sur l’expression « jeu de l’oeil » aboutit sur un jeu d’éducation artistique. A chaque case correspondent des questions sur une œuvre d’art ou sur l’histoire de l’art. Amusant.

    [Reply]

  5. Spei dit :

    Ah, un dernier truc qui me saute aux « yeux » avec un poil de recul. En fait, on peut aussi voir un oeil directement dans le côté sphérique. Bon, le rouge autour fait un peu myxomatose mais l’oeil central fonctionne bien dans le sens où toutes les dessins des cases peuvent représenter les scènes de la vie auxquelles l’oeil a assisté. Bon, je m’arrête là.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *